Corse sauvageDui Pedi (Montagne)FamillePastoralisme

Randonnées en famille autour du Monte d’Oru

Mi-Aout, à la demande de l’excellente Julie de Trekors, me voilà parti en ballade avec une petite « famille » constituée de parents avec leur fille et la meilleure copine de leur fille (qui fait partie de la famille). Cela fait des années qu’ils viennent en vacances en Corse et les parents ont pris l’habitude d’effectuer des randonnées avec accompagnateur, saine habitude. Très sympathiques, ils auront rendu les deux ballades très agréables.

La première journée s’effectue du côté de Vizzavona, mais dans le versant le plus sauvage de ce haut-lieu de la randonnée corse. Au départ du col nous nous lançons dans l’ascension de la Punta del Ceppu qui offre des panoramas époustouflants sur les vallées de la Gravona et de l’Agnone mais aussi sur la chaîne de la Punta di l’Uriente. De là nous descendons vers les bergeries de Turtettu et un peu plus haut les bergeries abandonnées de Turtettu Vecchiu. Après une baignade dans la plus belle vasque de l’Agnone, et pourtant très peu fréquentée car longue d’accès, nous repartons sur le sentier du GR20 pour le retour au col.

La famille s’est montrée à l’aise et la prochaine randonnée sera donc certes plus longue mais dans un lieu encore plus sauvage et avec à la clé une première expérience des pozzines (malgré un nombre important de randonnées en Corse aucune ne leur avait permis d’observer des pozzines). De plus il y a de très belles vasques sur le trajet pour ne rien gâcher. Direction Ghjalicata Piana pour la deuxième journée !

Ce deuxième itinéraire ne présente pas de difficulté technique mais sa longueur et son dénivelé conséquents le réserve tout de même à de bons marcheurs. Au départ du village de Canaglia la parcours emprunte la variante du Mare a Mare Nord qui rejoint le GR20 à la passerelle de Tolla en passant devant la cascade du Meli. On traverse le Manganello à la passerelle pour se diriger vers les bergeries de Tolla (possibilité de ravitaillement en eau) qu’on laisse sur notre gauche pour continuer la montée vers le refuge de Petra Piana. A l’altitude de 1200m une sente à peine marquée descend vers le Manganello qu’il est possible de traverser à gué pour se retrouver rive droite. Après quelques mètres un joli sentier de transhumance se dessine dans un pierrier. La montée s’accentue un peu mais après quelques efforts vient la récompense d’arriver sur le plateau abritant les bergeries de Ghjalicata Piana. Des bergeries plusieurs sentes ou sentiers permettent de monter jusqu’à l’étang de Ghjalicata Piana. Le retour s’effectue par le même itinéraire avec la variation possible d’utiliser la piste forestière de la passerelle de Tolla à Canaglia.

Nous commençons la marche à proprement parler à 9h sur un bon train, profitant du caractère roulant de la variante du Mare a Mare. Après de courtes pauses à la cascade du Meli et aux bergeries de Todda nous arrivons au point côté 1200 peu avant midi sous de nombreuses rafales. Le temps commence à tourner et les sommets sont déjà fortement accrochés. Je décide d’effectuer la pause déjeuner un peu tôt pour pouvoir évaluer l’évolution du temps avant de m’engager dans le vallon de Ghjalicata Piana. Déjà repus par leurs paniers repas, j’arrive tout de même à leur faire goûter quelques produits corses qui ont un franc succès (notamment le nucciola).

Après cette pause déjeuner un peu allongée le temps semble se maintenir et après vérifications que tout le monde a pris l’équipement nécessaire pour le froid et le vent nous nous remettons en marche vers les bergeries de Ghjalicata Piana. Le groupe se montre ravit du caractère sauvage des lieux et tout le monde est motivé pour gravir la dernière difficulté vers l’étang et ses pozzines.

Après la découverte du cirque glaciaire qui sert d’écrin à l’étang nous redescendons vers les bergeries en longeant le ruisseau à partir du déversoir le long d’une sente récemment démaquisée. Toujours afin de diversifier la boucle nous descendons vers le Manganello à travers un pierrier situé en contrebas et qui mène à de superbes vasques que la famille décide d’explorer. Il est plus de 16h quand nous repartons vers Canaglia, et pour des raisons de gain de temps mais aussi pour économiser les articulations le retour entre la passerelle et le village se fait par la piste forestière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *